Les femmes togolaises qui veulent gérer elles-mêmes un terrain ou en posséder un se heurtent à de multiples obstacles. On estime souvent qu’elles devraient se consacrer pleinement à l’éducation de  leurs enfants et aux travaux 
du ménage. Et comme le droit coutumier prévoit que les terres deviennent la propriété du mari en cas de mariage, les familles craignent de perdre leurs terres si elles les mettent à la disposition de
leurs filles.

Dans le cadre du projet PHARRD/PM, le Consortium VERD-TOGO appuie 360 producteurs et productrices de café du plateau du Danyi et kuma  à améliorer la production et la commercialisation de leurs produits tout en augmentant leurs revenus d’au moins 20 %. De nombreuses émissions de radio ont été diffusées pour aider les femmes à accéder à un terrain et pour sensibiliser la population à cette thématique.

Madame ZOTOGLO Catherine avec les chefs cantons et chefs des villages  ont utilisé deux chaînes de radio locales ( la Radio la voix du paysan à Kpalimé et la Radio la voix du plateau à Danyi)  pour débattre, par exemple, des obstacles que les femmes doivent franchir pour accéder à un terrain, des contradictions entre les lois traditionnelles et les lois modernes, des ébauches de solution et des raisons pour lesquelles l’accès à la terre contribue à la lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Les émissions sont interactives. Elles sont parfois enregistrées directement dans les villages. Cela permet aux femmes de parler ouvertement de leurs difficultés. Les auditeurs et auditrices peuvent par ailleurs se connecter avec leurs téléphones, poser des questions et parler de leurs propres expériences.

 

«Vos émissions m’ont donné du courage»

Les émissions ont touché  465’000 auditeurs et auditrices. Un sondage réalisé dans six des vingt-six villages participant au projet a révélé que seize femmes ont pu obtenir un total de 3 hectares de terrain pour cultiver du café. Elles ne sont pas encore propriétaires de ces terres mais elles ont le droit de les exploiter. Monique Messan, 42 ans et mère de trois enfants, témoigne: «Il y a trois ans, j’envisageais de cultiver du café mais j’avais peur de me lancer car c’est difficile pour une femme d’avoir accès à un terrain. Vos émissions de radio m’ont donné le courage nécessaire. Aujourd’hui, j’exploite 0,18 hectare. J’ai choisi de cultiver du café pour assurer l’avenir de mes enfants.»

Les petites parcelles sont courantes dans la région: les producteurs et productrices de café n’exploitent pas plus de 0,5 hectare chacun et ils se regroupent en coopératives. Les résultats sont prometteurs et montrent l’influence que peut avoir la radio sur la population locale. VERD-TOGO avec l’appui technique et financier de Bruecke.Le pont continue à s’engager pour qu’il y ait de plus en plus de terres à la disposition des femmes pour la culture du café dans la région concernée par le projet.