A propos du Consortium VERD-TOGO

Consortium VERD-TOGO

Il est composé de deux ONGs: ADIL-TOGO et CED

 Vision et Mission

La vision des structures membres se résume en ces mots :

Vision ADIL-TOGO

Contribuer à un monde rural organisé et florissant capable de prendre en main son développement à travers des initiatives locales où des acteurs se transforment en entrepreneurs ruraux.

 Vision de CED 

 Un TOGO juste où CED, ONG de référence en matière de développement local, œuvre aux côtés de l’Etat et des autres acteurs de développement pour l’épanouissement des populations dans un environnement sain.

Le Consortium Vision pour Emplois et Revenus Durables (VERD-TOGO) a pour mission la planification et la gestion en commun des projets de développement à travers :

▪ la définition des orientations et stratégies d’actions ;

▪ la facilitation de la mobilisation et du déploiement des ressources internes et externes ;

▪ l’entretien des relations de partenariat avec l’extérieur ;

▪ le suivi/évaluation des stratégies et actions engagées

 Structure du Consortium VERD-TOGO

Deux organes de décision régissent le fonctionnement du consortium. Il s’agit du :

– Collège du Conseil d’Administration (CCA) des deux parties prenantes chargé de définir les orientations stratégiques et de suivre leur mise en œuvre. Il est composé de 10 membres dont 2 femmes.

– La Coordination chargée de :

• Organiser et mettre en œuvre les projets suivant les orientations définies ;

• Statuer sur l’avancement des réalisations ;

• Statuer sur les règles de confidentialité et de non-concurrence, et veiller à leur application ;

• Statuer sur le principe et le contenu des publications et communications relatives aux projets.

La Coordination est composée du staff technique (10 membres dont 2 femmes) et du personnel de soutien (6 membres dont 2 femmes).

 Expériences de Consortium VERD-TOGO

Le concept du consortium répond à un adage selon lequel « le développement passe par une bonne organisation et une synergie des acteurs ». CED et ADIL-TOGO, ONGs de développement font de cette assertion un principe pour plus de performance et de professionnalisme dans leurs interventions, elles ont ainsi choisi d’adopter une démarche commune de planification et de gestion à travers la mise en commun de leurs savoir-faire et ressources autour d’un projet.Ainsi, parmi les avantages qui sous-tendent la création du Consortium VERD-TOGO, la première phase a permis d’en faire les expériences suivantes :

• La mutualisation et la complémentarité des ressources ont favorisé plus de résultats avec peu de moyens (mise en commun des ressources matérielles et humaines) ;

• Les concertations régulières notamment les réunions de CP ont facilité l’apprentissage mutuel et le partage de connaissances et d’idées ;

• Une meilleure capacité de mobilisation des acteursCependant, certaines difficultés sont relevées :ADIL et CED avaient le même et seul partenaire qui finançait leur projet de développement.  Etant en Consortium, ils ont à gérer un seul projet financé par le même bailleur. Ainsi les deux structures sont confrontées à la problématique de gestion des ressources humaines. Malgré la réduction du personnel (pour la première phase), le coût du fonctionnement du Consortium reste élevé, obligeant à réduire le temps d’employabilité du personnel dans la phase prochaine.La grande leçon à tirer est que les structures partant en Consortium doivent avoir plus d’un projet financé par d’autres partenaires et sur lesquels différents membres du personnel des structures seront déployés.

 Partenariats et réseaux

Le Consortium VERD-TOGO, dans le cadre de ses activités, travaille en collaboration avec différents partenaires. Les relations partenariales entretenues sont d’ordre technique et financier.

Les principaux partenaires techniques sont :

• L’Etat togolais à travers ses structures déconcentrées notamment l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT), l’Unité Technique Café-Cacao (UTCC), la Direction Régionale de l’Agriculture de la Production Animale et Halieutique (DRAPAH), la Direction Régionale de l’Environnement et des Ressources Forestières (DRERF), l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA), l’Institut National d’Hygiène (INH), la Direction de Conditionnement et de Métrologie Légale (DCML) ; • Les ONG/cabinets dont le Cabinet d’Expertise et d’Appui-Conseils en Agriculture et Développement rural Durable (CECAGRID), l’agence de recrutement Cdiscussions et l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (OADEL) ;

• Les acteurs privés tels que le Conseil Interprofessionnel des Filières Café et Cacao du Togo (CICC-TOGO), la Fédération des Unions des Coopératives des Producteurs de Café et de Cacao (FUPROCAT), Union des Coopératives des Productrices d’Huile Rouge de palme du Togo ;

• Les médias comme la Radio la Voix du Plateau (RVP) et Radio Planète Plus.Le Consortium VERD-TOGO bénéficie de l’appui technique et financier de Brücke. Le pont (BLp).Le Consortium est en relation avec la Fédération des ONG et associations du Togo (FONGTO) dont CED est membre et l’Union des ONG du Togo (UONGTO) à travers ADIL-TOGO